EXPO 4 – Les lieux alternatifs féministes parisiens dans les années 1970

Dans le cadre de la résidence INHA Lab, l’association FAR investit la salle Labrouste de la bibliothèque de l’INHA (58 rue Richelieu, Paris, 75002). Ouverte en salle Labrouste du 13 mai au 10 juin, cette quatrième exposition est consacrée aux lieux alternatifs féministes actifs à Paris dans les années 1970. Comme une carte de recherche est nécessaire pour entrer dans la salle Labrouste, nous avons choisi de publier en ligne sur ce carnet les visuels et cartels des documents exposés (toute reproduction est interdite) afin que cette exposition soit accessible au plus grand nombre.

Anouk Chambard et Franny Tachon sont les commissaires de cette exposition.

Les cartels et textes ont été rédigés par Anouk Chambard (A.C.) et Franny Tachon (F.T.).

Nous adressons nos remerciements à Sophie Derrot, Olivier Mathieu-Lagrange et Ody Saban pour leur aide précieuse. Notre reconnaissance va aussi aux prêteurs et prêteuses, qui ont rendu cette exposition possible : merci à Thérèse Ampe-Jonas, Anouk Chambard, Pierre Paini, Mariette Teisse-Renc et à la bibliothèque Marguerite Durand. 

 

Yolaine Simha devant Les Tricots de ma mère (1972-73) de Raymonde Arcier à l’occasion de l’exposition Les passeuses de mémoire, janvier-mars 1982, photographie noir et blanc, photographe inconnu, collection Pierre Paini

 

« Celles que j’appelle « les chaînettes manquantes » commencent à apparaître aux alentours de 1975 dans le mouvement. Elles forment des petits groupes d’intervention innovante sur des territoires délimités (imprimerie, musique, affiches, lieux de vie, ateliers divers), dans des structures éphémères, qui traduisent le féminisme en actes non répertoriés par les sciences politiques. »

C’est par ces mots que l’écrivaine et journaliste Cathy Bernheim, qui a été militante au sein du Mouvement de Libération des Femmes et du groupe des Gouines rouges, a défini les initiatives extrêmement diverses qui sont nées dans le champ du féminisme durant les années 1970. Ce que Cathy Bernheim appelle des « petits groupes d’action innovante qui traduisent le féminisme en acte » sont en effet ce par quoi s’est réellement incarné le mouvement féministe. Parallèlement aux manifestations dans l’espace public ou aux luttes légales visant à défendre les droits des femmes (celles portant sur l’avortement, par exemple), il s’est agi pour beaucoup de militantes du MLF de mettre leur action politique en pratique au travers d’initiatives concrètes qui toucheraient à toutes les aires de la vie. Moins visibles, car moins spectaculaires, celles-ci ont pourtant eu un rôle central qui traduit l’impulsion libératrice qu’ont donné les manifestations féministes à la société. Cathy Bernheim relève également la très grande diversité des projets nés durant la décennie 1970 : « imprimerie, musique, affiches, lieux de vie, ateliers divers ». On constate en effet que les formes qu’ont pu prendre toutes ces entreprises militantes sont très variées, montrant l’étendue de la créativité et des besoins des femmes : maisons des femmes, groupes femmes-enfant, espaces d’accueil et de solidarité pour les femmes victimes de violences, crèches parentales, librairies féministes, maisons des associations, chorales, ateliers d’impression militants, festivals, cafés, lieux de vie, cinémas. Il s’agissait fréquemment d’espaces en non-mixité, qu’elle soit de fait ou volontaire, qui avaient vocation à pallier le manque d’inclusivité et les discriminations du reste de l’espace social en servant de support à l’émancipation. 

Au sein du champ artistique qui nous intéresse plus spécifiquement dans le cadre de cette exposition, les projets qui ont vu le jour ont notamment pris la forme de groupes de plasticiennes, qui proposaient des espaces à la fois de travail, de réflexion et de sociabilité aux artistes femmes. Des espaces associatifs qui offraient des ateliers artistiques sont également à relever, de même que des espaces d’exposition autogérés. Ceux-ci ont constitué des lieux de formation et de soutien pour les femmes. Bien souvent, et comme le relève Fabienne Dumont, ceux-ci étaient bien connus des femmes, mais peu reconnus sur la scène artistique, bien qu’ils aient pu être remarqués et promus dans la presse, y compris généraliste et à grand tirage (par Martine Storti dans Libération et Maryse Wolinski dans Le Monde, par exemple). 

Ces « structures éphémères » étaient caractérisées par leur dimension alternative, spontanée, collaborative, souvent expérimentale et parfois utopique. Elles prenaient fréquemment une forme précaire, car fondée sur des groupes amicaux ou associatifs, sans aucun relais institutionnel et étaient soutenues, il faut le relever, par des ambitions autant que par des deniers qui n’étaient pas éternels. Leur durée de vie a donc été très variable, de quelques mois à plusieurs années ou plusieurs décennies pour certaines, et marquée par une grande fluidité. Elles ont formé un véritable réseau féministe et militant sur tout le territoire français, et bien au-delà. 

Enfin, si Cathy Bernheim les appelle des « chaînettes manquantes », c’est parce qu’elles ont été à la fois centrales dans le mouvement des femmes en le structurant et en créant des liens en son sein, mais aussi parce que leur rôle fondateur a pu tomber dans l’oubli après leur disparition, à cause de leur dimension passagère et instable. Leurs activités n’ont pas été « répertoriées par les sciences politiques », historiques et sociales notamment parce que retrouver les traces de leur existence n’est pas chose aisée : les femmes qui en ont été témoins ont pu disparaître, la durée très courte des groupes et l’éclatement de leur mode de fonctionnement rendent compliquée leur connaissance au-delà d’un cercle très réduit. La question de la conservation de leurs archives pose également problème en l’absence quasi-totale d’institutionnalisation. Les documents qui leur sont relatifs sont pour la plupart toujours conservés dans des fonds privés dont la localisation est complexe et les conditions de préservation incertaines. 

La présente exposition choisit ainsi de présenter trois espaces alternatifs parisiens qui font partie de cette constellation d’initiatives militantes afin d’offrir une première approche, nécessairement incomplète, des formes qu’ont pu prendre les projets nés du bouillonnement des mobilisations féministes des années 1970 au sein du champ artistique. 

Anouk Chambard

[Vitrine 1] Le Lieu-dit

1. et 2. Le salon de thé du Lieu-dit, deux tirages photographies noir et blanc, photographe inconnu, sans date [circa 1980], collection Pierre Paini

Dans un document datant de février 1979 et intitulé Travail de femmes, Yolaine Simha, écrivaine et militante féministe, détaille les idéaux et les modalités pratiques de l’espace dédié aux femmes qu’elle a créé fin 1978 : le Lieu-dit. Celui-ci s’articulait autour de deux activités principales : d’une part, un salon de thé, mixte, convivial et chaleureux ; de l’autre, un espace d’exposition réservé aux artistes femmes, géré collectivement et à but non-lucratif. Dans ce texte, Yolaine Simha montre sa sensibilité accrue pour les conditions matérielles de la vie des femmes, qu’elles soient créatrices ou non. Le salon de thé, que l’on peut voir sur ces deux photographies, devait ainsi permettre aux femmes du quartier de s’installer au calme pour travailler ou se détendre dans un espace qui leur donne l’impression d’être chez elles tout en les libérant des responsabilités du foyer. Les différents articles de presse qui mentionnent le Lieu-dit vantent d’ailleurs la qualité des mets qui y sont servis, qui lui ont valu d’être coté au Gault et Millau en 1981. Si cet espace du salon de thé reprend un certain nombre des caractéristiques de la domesticité, cela est fait dans une perspective critique et féministe de réappropriation par Yolaine Simha qui exprime bien dans Travail de femmes sa volonté de lutter pour l’amélioration des conditions de vie des femmes. Une bibliothèque y était également installée, où l’on pouvait consulter gratuitement des ouvrages dans plusieurs langues apportés par les unes et les autres ainsi que des revues féministes dont Yolaine Simha était proche : Histoires d’elles, Les Cahiers du GRIF, La Revue d’en face, Questions féministes ou Sorcières. Des panneaux permettaient enfin l’affichage des dernières actualités féministes. Le salon de thé peut ainsi être envisagé comme un espace-ressource pour les femmes.

Anouk Chambard

 

3. et 4. Soirées au Lieu-dit, deux tirages photographiques noir et blanc, photographe inconnu, sans date [circa 1980], collection Pierre Paini

5. Programme des activités, hiver-printemps 1979, document tapuscrit, collection Anouk Chambard

En parallèle des activités de restauration, le Lieu-dit s’articulait autour de l’organisation d’événements culturels en soirée, qui avaient lieu en non-mixité. Pensés par Yolaine Simha comme un support à la création des femmes, ils offraient aussi une continuation des possibilités de rencontres et de discussions. Portés par une volonté d’interdisciplinarité, les événements en soirée étaient très variés : lectures de textes littéraires, projections de documentaires ou de diapositives, débats et présentations théoriques, rencontres avec des professionnelles ou des militantes, afin de laisser la place à une pluralité de voix et de propositions. Sur le document 5, on peut voir la liste des événements prévus au début de l’année 1979 dont on remarque qu’ils étaient centrés autour de la création et des initiatives contemporaines des femmes, à la fois littéraire, documentaire, poétique. C’est ce que montrent les soirées du 8 mars, avec une présentation de l’universitaire américaine Gloria Orenstein sur la poésie contemporaine au Québec et la rencontre avec les femmes de l’équipe des Répondeuses qui organisaient depuis mai 1977 une permanence féministe au téléphone. D’autre part, ces événements s’attachaient à mettre en valeur les expériences des femmes, qu’elles soient sensibles, professionnelles ou artistiques, comme on peut le voir par exemple à l’occasion de la soirée du 3 mai avec la projection du documentaire de Béatrice Fraenkel et Anne-Marie Faure sur le parcours de dix femmes architectes, ou celle du 22 mars présentant le dernier ouvrage de l’écrivaine italienne Luce d’Eramo, récemment traduit en français par une amie de Yolaine Simha. 

Anouk Chambard

6.Yolaine Simha devant Les Tricots de ma mère (1972-73) de Raymonde Arcier à l’occasion de l’exposition Les passeuses de mémoire, janvier-mars 1982, tirage photographique noir et blanc, photographe inconnu, collection Pierre Paini

Parallèlement aux activités du salon de thé et aux rencontres, le Lieu-dit était également une galerie d’art contemporain où seules les artistes femmes pouvaient exposer. Yolaine Simha souhaitait donner plus de visibilité et lutter contre le manque de reconnaissance des créatrices, dont elle savait bien que les travaux étaient plus difficilement exposés, autant dans les galeries que dans les musées. Ces expositions étaient gérées intégralement par les artistes elles-mêmes, afin de leur laisser une maîtrise complète de la présentation au public de leurs travaux. La programmation était quant à elle décidée par un collectif de femmes impliquées dans le projet, des amies de Yolaine Simha et camarades féministes, se faisant ainsi de manière collégiale. L’utilisation de l’espace était gratuite, à l’exception d’une participation minimale aux frais qui n’avait vocation qu’à couvrir le coût des matériaux et de l’installation. Dans son texte précité de 1979 Travail de femmes, Yolaine Simha affirme par cela vouloir s’opposer aux logiques marchandes de beaucoup de galeries traditionnelles. Réalisées à une fréquence assez soutenue, à peu près une fois par mois dans les premières années, les expositions étaient principalement individuelles afin de mettre en valeur le travail de l’artiste exposée. De nombreux médiums différents y ont été montrés, dont certains encore novateurs à cette période comme la photographie (Françoise Janicot), l’art vidéo (Katerina Thomadaki et Maria Klonaris) ou la performance (Kathy Toma). Le Lieu-dit a également organisé plusieurs expositions collectives qui s’articulaient autour de thématiques fédératrices. C’est le cas de l’exposition que nous montre cette photographie, intitulée Les passeuses de mémoire, où l’on voit Yolaine Simha devant plusieurs des œuvres présentées, notamment Les Tricots de ma mère réalisée en 1972-73 par Raymonde Arcier. Cette exposition collective explorait la question des transmissions inter-générationnelles entre les femmes et a fait intervenir à la fois des plasticiennes et des écrivaines. 

Anouk Chambard

7. L’interdite, Camille Claudel, invitation à la présentation de l’ouvrage d’Anne Rivière, novembre 1983, document typographique, collection Anouk Chambard

8. Une chambre à soi, invitation au vernissage de l’exposition, 12 octobre 1983, document typographique, collection Thérèse Ampe-Jonas

9. Une chambre à soi, dépliant de l’exposition, novembre 1983, document typographique, collection Anouk Chambard

Ces trois documents sont relatifs à la dernière exposition qui ait été organisée au Lieu-dit, et après laquelle ses activités se sont arrêtées au bout de cinq ans. Il s’est agi d’une grande exposition collective réunissant entre autres : Myriam Bat-Josef, Lou Perdu, Danièle Blanchelande, Christiane de Casteras, Andrée Marquet, Thérèse Ampe-Jonas, Françoise Janicot, Vera Székely ou Soundie Sexe (document 9). Le titre Une chambre à soi fait explicitement référence au texte bien connu de Virginia Woolf, qui est d’ailleurs cité dans le dépliant annonçant le vernissage (document 8). Cette exposition, portant le sous-titre « Perception et représentation de l’espace », propose un ensemble de réflexions artistiques sur les différentes significations de cette expression, entre référence à l’enfermement domestique des femmes et émancipation. Elle a été accompagnée par la présentation de l’ouvrage d’Anne Rivière, co-créatrice de la revue Sorcières et universitaire, récemment publié aux éditions Tierce dans une collection portant le nom du Lieu-dit (document 7). Tierce était une maison d’édition indépendante créée quelques années auparavant par trois militantes, Yolaine Simha, Françoise Petitot et Françoise Pasquier, qui a publié nombre de textes féministes. Il s’agissait du premier ouvrage de recherche sur Camille Claudel, dont Anne Rivière a contribué à réévaluer l’importance dans l’histoire de l’art. Yolaine Simha entretenait des liens avec le monde de l’édition, de la création, de la recherche, en plus de ses relations avec les milieux féministes, notamment au sein des revues. Le Lieu-dit se situait ainsi au carrefour de plusieurs cercles professionnels, amicaux, militants et artistiques, qui en faisaient un lieu de convergence au sein de ce microcosme féministe parisien. Il s’agissait, pour utiliser des termes contemporains, d’un lieu à la croisée de différents types d’espaces alternatifs : lieu communautaire, féministe et autogéré, artist-run space et galerie-appartement, puisque Yolaine Simha habitait au-dessus des salles publiques.

Anouk Chambard

 

[Vitrine 2] Art et Regard des Femmes

1. Affiche Lieux de femmes. Maison des femmes. Répondeuses. Carabosses…, Paris, 1982, imprimé photomécanique couleur, 62 × 42 cm. Ville de Paris/Bibliothèque Marguerite Durand, AFF 160 m

Sur un fond violet, couleur généralement associée au mouvement féministe, se déploie une carte de Paris reconfigurée par des lieux de femmes. La capitale compte de nombreux espaces alternatifs de nature très diverse, entre maisons de femmes – lieux d’accueil proposant des permanences, des conseils d’orientation et d’accès aux droits, des réunions et des fêtes en non mixité -, espaces littéraires – tels que l’imprimerie Voix Off, la maison d’édition Tierce ou la librairie Carabosses -, ou encore lieux dédiés à la création plastique comme Art et Regard des Femmes. Inscrit au bas de l’affiche, le numéro des Répondeuses, groupe de femmes qui enregistre l’actualité des événements militants dans la capitale sur un répondeur, transmet, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, un bulletin quotidien de trois minutes qui atteste de la vitalité du Mouvement des femmes. 

Franny Tachon

2. Programme de Art et Regard des Femmes, sans date [avant le 21 avril 1980], document typographique, collection Mariette Teisse-Renc     

Fondé en février 1978, le collectif Art et Regard des Femmes, qui rassemble une trentaine de membres, autogère « un lieu permanent pour les femmes peintres et sculpteurs », où s’effectuent des réalisations communes, des rencontres, des ateliers d’enseignement mutuel et des expositions. Le projet du groupe se résume ainsi : « Nous rencontrer, travailler ensemble, montrer notre travail. Nous voulons ouvrir des ateliers pour toutes : peinture, sculpture, écriture, récupération, gravure… et nous interroger sur nos différents moyens d’expression et de création. » Organisé par Nicole Millet, animé par Ody Saban, Art et Regard des Femmes réunit des artistes qui se qualifient d’autodidactes et d’amatrices et qui vivent en dehors des réseaux officiels de l’art contemporain. En reconnaissant leur activité de créatrices, l’association permet aux membres de sortir de l’enfermement et de l’isolement. Elle répond à un besoin de rencontre et à un désir d’entraide, participant à l’élaboration d’un réseau amical de soutien et cristallisant les demandes de sociabilisation. Le groupe publie à partir de novembre 1979 la revue Des femmes en mouvement. Il se dote d’un local à partir de février 1980 pour montrer les travaux de ses membres : « Exposons-nous nous-mêmes, puisqu’on ne nous expose pas » confie Mariette Teisse-Renc à Fabienne Dumont à l’occasion d’un entretien en juin 1999. De la production à la vente, l’activité du lieu s’articule autour des échanges entre les membres de l’association, qui choisissent les exposantes, effectuent une pré-sélection de leurs travaux et discutent du choix des pièces et de leur accrochage. Des tensions liées à des questions politiques, à des différences d’investissement au sein du groupe et d’impossibilité de réalisation d’une utopie communautaire mènent à la dissolution du collectif en 1983. 

Franny Tachon

3. Anne-Marie Gourier et al., « 1 an Art et Regard des Femmes 78 – 79 », janvier 1979, document typographique, copie de Nicole Millet, collection Mariette Teisse-Renc           

À l’occasion de sa première année d’existence, l’association Art et Regard des Femmes réalise en 1979 une brochure, illustrée de dessins, pour présenter ses membres et ses activités. Plusieurs femmes participent à sa confection, dont Doune Césari-Tissot, Claude Durand, Anne-Marie Gourier, Dominique Guyot-Sionnest, Nicole Millet, Marie-Claude Pignet, Nathalie Stern et Annie Vasseur. Elles signent de leur seul prénom, pratique courante dans le mouvement féministe. Tel un bulletin d’informations, le document annonce les expositions des membres au sein de lieux artistiques divers et variés, tels que l’atelier de Dominique Guyot-Sionnest, la Cité Internationale des Arts ou encore le café d’Edgar. Il rassemble également des adresses pour l’achat de matériel artistique, donne des conseils concernant l’obtention d’ateliers, et signale les prochaines réunions du groupe.  

Franny Tachon

4. « Art et Regard des Femmes ouvre son Atelier et vous y invite », 1er février 1980, carton d’invitation, collection Mariette Teisse-Renc 

5. Mariette Teisse-Renc, Doune Césari-Tissot et sa fille à l’exposition d’ouverture du local rue Faubourg du Temple, février 1980, photographie, photographe inconnu, collection Mariette Teisse-Renc

Après trois mois de travaux, le groupe Art et Regard des Femmes inaugure en février 1980 un local au 22 rue du Faubourg du Temple dans le XIe arrondissement de Paris. Conçu à la fois comme un lieu collectif de travail, d’exposition et de parole, l’espace est dédié à la valorisation du travail des artistes membres de l’association. La première exposition présente les travaux de Danièle Blanchelande, Dominique Erret et Nicole Millet, qui sont mis en vente. Des ateliers en non mixité y sont également organisés pour s’initier et échanger autour de techniques de création telles que la sculpture ou le collage, pour réaliser des œuvres collectives ou encore pour s’interroger sur les spécificités de la création entre femmes.

Franny Tachon

6. 7. et 8. « ODY SABAN – JUDITH WOLFE ‘’Déroulements’’ peintures / papier aquarelles » : Judith Wolfe devant une de ses œuvres ; Evelyne Petiteau actionnant une œuvre d’Ody Saban ; Groupe de femmes discutant, avril 1980, photographies, photographe inconnu, collection Mariette Teisse-Renc

Intitulée Déroulements, la deuxième exposition, qui se tient du 26 avril au 18 mai 1980 au sein du local du groupe, présente les travaux picturaux abstraits d’Ody Saban et de Judith Wolfe. Alors que la première montre un grand rouleau peint, monté sur poulies, à dérouler dans les deux sens, la seconde propose des peintures à partir de papiers déchirés en bandes verticales. Une sculpture de Dominique Erret, Une créature à brûler, est également exposée. Selon Judith Wolfe, « l’exposition a marqué les gens, car elle était très vivante (…), il y eut une lecture et de la danse » (entretien de l’artiste avec Fabienne Dumont, mai 1999). Pensées en lien avec les peintures, les actions théâtrales, musicales et chorégraphiques sont « le fruit d’une action commune avec les deux plasticiennes » et d’autres artistes dont Annie Vasseur, Neige Haye, Myriam Boullay, Yvonne Tenenbaum et Lisa Marcus. Ces interventions constituent « autant de rencontres entre des itinéraires et des formes d’expression différentes dans un même lieu ». Outre ces événements artistiques qui offrent un nouveau regard sur les œuvres des créatrices, une conférence intitulée « Animation : image, exil » est organisée par Marie-Josée Mondzain-Baudinet autour de l’œuvre d’Ody Saban et atteste ainsi de la pluralité des activités du groupe Art et Regard des Femmes, entre recherche et création. 

Franny Tachon

[Vitrine 3] La librairie Carabosses et le salon de thé Barcarosse 

1. Affichette Carabosses, format A4, imprimé noir et blanc, sans date [1978 ?]. Ville de Paris /Bibliothèque Marguerite Durand, Fonds Carabosses, dossier « Documents divers », cote B

2. et 3. Intérieur de la librairie Carabosses, deux tirages photographiques noir et blanc, sans date. Ville de Paris /Bibliothèque Marguerite Durand, Fonds Carabosses, dossier « Photographie », cote A

« Lieu géré par des femmes et construit par elles », c’est ainsi que se définit la librairie Carabosses créée en mars 1978. Bénévole et sans expérience du métier de libraire, le groupe fondateur, composé d’une quinzaine de militantes, propose une sélection d’ouvrages de femmes (littérature, philosophie, histoire, psychanalyse, ethnologie), de livres pour enfants, de revues féministes nationales ou internationales, d’affiches et de cartes postales. Le local est ouvert tous les jours, à l’exception du lundi, de midi à 20h, au 11 rue Jean-Pierre Timbaud dans le XIe arrondissement à Paris. Espace inclusif où « toutes les tendances [seraient] présentes », le lieu déménage l’année suivante au 58 rue de la Roquette et ouvre également un café littéraire, appelé Barcarosse. Afin de diffuser des informations concernant la vie des femmes et la mise en mouvement de leurs luttes, la librairie partage des événements et initiatives féministes et regroupe des ressources concernant les violences conjugales et sexuelles, le divorce ou l’avortement. Le salon de thé Barcarosse se conçoit à la fois comme un centre de documentation, un lieu d’exposition et de création et un espace de restauration. Carrefour d’échanges et de débats militants, les deux lieux deviennent des « points de ralliement des féministes françaises et étrangères. » En raison de difficultés liées aux réalités économiques et sociales, les activités de Cabarosses et Barcarosse cessent en 1985 et leurs espaces sont cédés à Françoise Pasquier, créatrice avec Françoise Petitot et Yolaine Simha des éditions féministes Tierce (1978-1993).

Franny Tachon

4. Dépliant « Barcarosse, un café de femmes », imprimé noir et blanc, sans date. Ville de Paris /Bibliothèque Marguerite Durand, DOS 396 BAR

Ouvert en octobre 1979, Barcarosse est le premier et « seul café non-mixte de Paris », lieu privé ouvert seulement aux adhérentes qui ont acheté une carte annuelle au prix symbolique de 5 francs. Espace de sociabilisation et de rencontre, le salon de thé permet aux femmes de se retrouver, de se donner rendez-vous et de se restaurer. Lieu d’exposition, il présente des œuvres plastiques, dont des peintures de Christine Mian, d’Ody Saban et de Joëlle Dautricourt. La cave au sous-sol accueille également des événements, comme des rencontres et débats littéraires, au cours desquels sont par exemple intervenues les revues féministes La Revue d’en Face et Questions Féministes. Les écrivaines Nancy Houston et Christine Delphy ont aussi été invitées pour présenter leurs travaux. La pluralité des activités organisées à Barcarosse témoigne de l’interdisciplinarité de ce lieu féministe et communautaire autogéré.

Franny Tachon

5. Cahier manuscrit « Carabosses entre elles », t. II, novembre 1980-octobre 1982. Ville de Paris /Bibliothèque Marguerite Durand, Fonds Carabosses, dossier « Cahiers », cote D

La gestion quotidienne de la librairie Carabosses est entièrement assurée par un collectif d’une quinzaine de bénévoles, qui se charge du choix des livres, des relations avec les éditeurs, de l’ouverture des lieux, de l’organisation des événements et de la comptabilité. Deux par deux, les femmes se succèdent à la librairie pour accueillir le public. Conservés à la Bibliothèque Marguerite Durand, deux carnets consignent leurs réflexions et humeurs, chacune apportant ses annotations et réactions en marge. Il est question, au fil des pages, de l’organisation des réunions, de la fréquentation du lieu, de critiques littéraires, de tensions internes… Objets hybrides, les carnets ne se limitent pas au texte, puisqu’ils compilent aussi des photographies de la librairie et des femmes qui y travaillent, des coupures de presse et des lettres des membres du collectif. 

Franny Tachon

6. Le petit Guide féministe de France et d’ailleurs, Paris, Carabosses, mai 1982. Ville de Paris /Bibliothèque Marguerite Durand, Fonds Carabosses, dossier « Ouvrages édités par Carabosses », cote E

« Depuis la disparition de L’Information des Femmes, qui assurait une liaison régulière entre les groupes, il est devenu extrêmement difficile de savoir “où” est le Mouvement, et ce qu’il fait » annonce l’introduction du Petit guide féministe de France et d’ailleurs. Comme le MLF n’a pas d’organe de presse central ni de siège social, il est effectivement difficile « pour qui ne connaît pas “quelqu’une qui en fait partie” » de prendre connaissance des initiatives des groupes féministes ou de joindre leurs membres. C’est pour pallier ce manque d’information que la librairie Carabosses entreprend de mettre à disposition des femmes des renseignements liés à la diversité des activités du MLF. Elle réalise un guide qui recense les groupes féministes qui développent en France et à l’étranger des analyses et des activités diversifiées, rassemblant des femmes venues d’horizons sociaux et politiques très différents. Les adresses des centres, librairies, cafés et revues de femmes sont ainsi compilées dans l’ouvrage et complétées par une bibliographie et une filmographie sur les sujets qui concernent la condition des femmes. Des photographies du local Carabosses et des dessins de Joëlle Dautricourt, une artiste qui a exposé à Barcarosse, sont également ajoutés au guide. 

Franny Tachon

 

Ressources complémentaires :  

Claire Bitaudeau, Librairie et féminisme : rôles, relations et interdépendance, mémoire sous la direction de M. Julien Hage, Université Paris Nanterre, 2020. 

Anouk Chambard, Le Lieu-dit, Paris, 1978-1983 : Une chambre à soi pour les artistes femmes au cœur de la nébuleuse des mobilisations féministes des années 1970, mémoire sous la direction de Mme Sophie Delpeux, Paris I Panthéon-Sorbonne, 2020. 

Fabienne Dumont, Des sorcières comme les autres, Artistes et féministes dans la France des années 1970, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014. 

Françoise Flamant et al., 1970-2010 : Quarante ans de pratiques féministes en Ile de France, actes de colloque (Paris, 5 juin 2010), Éditions Institut Émilie du Châtelet, 2010. À consulter à l’adresse suivante : http://www.institutemilieduchatelet.org/

 




Citer ce billet
Far Recherche (2024, 13 mai). EXPO 4 – Les lieux alternatifs féministes parisiens dans les années 1970. Femmes Artistes en Réseaux (F.A.R.). Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11nxt

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search